Réseaux sociaux
Bookmark and Share
Important !

manticoani.gif

Mode d'emploi

Pour trouver des informations sur la mante religieuse, utilisez "Nos articles" et "FAQ"
Pour voir des photos de mantes religieuses ou des vidéos, utilisez "Photos", "Nos articles" ou "Diaporama"

Utilisez "Nouvelles" pour donner une information...
Utilisez "Forum" pour poser une question...
Utilisez "Recherche" avant d'utiliser le forum ou si vous avez une question précise...
Entrez vos observations sur les mantes religieuses pour que tout le monde en profite...
... etpour envoyer des photos,contactez-moi(voir "Webmestre"). Précisez si vous souhaitez qu'elles soient publiées ici. (Les photos placées sur ce site sont généralement données par des visiteurs. Elles appartiennent à leur auteur et ne doivent pas être reproduites sans leur autorisation)

Recherche



Nos articles

Fermer Alimentation

Fermer Cycle de la mante religieuse

Fermer Description de la mante

Fermer Editoriaux anciens

Fermer Elevage

Fermer Inscrivez votre mante !

Fermer Localisation de mantes

Fermer Pages de photos

Fermer Pages de vidéos

Fermer Reproduction

Fermer Réchauffement climatique

Fermer Technique photo

Webmestre - Infos
Sondage
Je trouve les mantes religieuses ...
 
cruelles
belles
utiles
horribles
Résultats
Localisation de mantes - En 1935, à Besançon

Je vous envoie les observations que je faisais, en 1935, sur les mantes religieuses, à Besançon.

Enfin, mes hôtes les plus intéressants o­nt été les mantes religieuses. J’avais remarqué qu’elles avaient une prédilection pour les panais en fleurs pour y capturer leur nourriture. Figées le long des tiges, vertes comme elles, elles attendent le passage d’un insecte venant butiner pour le happer d’une vive détente de leurs pattes antérieure transformées en pinces. Sa victime crochetée, il ne reste plus à notre mante qu'à croquer l’insecte. Les mâles qui échappent à la voracité de leurs femelles restent effilés toute leur vie et volent très bien. Par contre, les femelles, à l’automne, toute gonflées de leur future maternité sont des proies faciles à saisir. Ces curieuses bêtes qui, lorsqu’elles arrivent à le crocheter mangent leur mâle après l’accouplement, o­nt une autre particularité. Elles pondent leurs œufs dans une enveloppe de protection qu’elles secrètent elles-mêmes. En plus de leurs œufs, elles o­nt dans l’abdomen une sorte de pâte qui, en séchant, prend la consistance du papier, comme les nids de guêpes. Les mantes femelles excrètent ce nid qu’elles collent contre une paroi en général exposée au soleil printanier. Les œufs devenant larves passent l’hiver, chacun dans une alvéole de ce nid. Les larves en sortiront au printemps, pas plus grosses que des puces, presque transparentes ayant déjà leur forme définitive. Bref, ces énormes femelles traînent à l’automne, avant la ponte, un ventre mou, gros comme le pouce, qui exclut toute agilité et tout envol. J’en avais bien une dizaine en pension dans mon zoo lorsqu’à la rentrée scolaire nous avons du réintégrer notre quatrième étage du square St Amour. J’ai transporté les cages sur notre balcon. N’ayant plus le temps de chercher la nourriture de ma dizaine de mantes, je leur ai sacrifié mes sauterelles. Ce gardiennage perdait de son intérêt et par négligence j’ai dû mal reposer mes plaques de verre. Malgré leurs gros ventres mes mantes o­nt choisi la liberté. Alourdies et ne pouvant plus voler, en tombant du balcon, elles o­nt pu entrer par les fenêtres ouvertes aux derniers rayons de soleil des étages inférieurs. J’ai su que la concierge avait fait son enquête sur la provenance de ces affreux insectes que nos bourgeois de voisins o­nt trouvé, avec dégoût, accrochés à leurs rideaux. Je me suis bien gardé d’avouer que je connaissais l’origine de cette invasion, mais ce fut la fin de mon élevage d’orthoptères. Au printemps suivant, j’ai eu la surprise d’assister à l’éclosion d’une nouvelle génération de minuscules mantes religieuse. Une des mères avait collé son nid dans l’encoignure d’une de mes boites abandonnées sur le balcon. Ces bêtes étaient trop petites pour que je puisse m’y intéresser. D’ailleurs dans ma nouvelle classe o­n n’étudiait plus les insectes et j’avais d’autres occupations. J’ai cependant continué à ramasser ce que les non-initiés appellent des sales bêtes.


Date de création : 28/11/2005 : 20:09
Dernière modification : 15/12/2006 : 21:16
Catégorie : Localisation de mantes
Page lue 3421 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Traductions
Photos Y. BANIERE


1274.jpg
1246.jpg
t_baniere5557.jpg
t_baniere1271.jpg
t_baniere1247.jpg
065556.jpg
t_baniere6669.jpg
t_baniere1236.jpg

Diaporama

Empuses

Mantes

Mantes religieuses

Droits d'accès

Votre adresse IP est conservée
Droit d’accès, de modification ou
de rectification
(article 34 de la loi du 6 janvier 1978) :
Contactez le webmestre.

azer.gif

Visites

 549495 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

^ Haut ^